2011

Juste en regardant

A ne rien faire
J’ai tout loisir
De peindre 
Le portrait 
De mon bel
Enlumineur.

Depuis plusieurs jours
Je t’observe
Plus que tu ne le sais
Assis à ta table
Scribe égyptien
Au travail
Droit devant tes tablettes
Juste le cou  penché vers l’écran
Ta pointe de calligraphe
Fermement retenue
Lentement déplacée
Par tes doigts effilés
Les mêmes que chez Dürer
Il y a jusqu’à tes lunettes
Qui te transforment en graveur
Ou en calligraphe
Immobile dans  son échoppe sombre
Habité par son labeur
Au cœur d’un cercle de calme lumineux.

 

A ne rien faire
J’ai tout loisir
De peindre
Le portrait
De mon bel
Enlumineur.

 

Écrit suivant - La vie est un songe