UNE FÊTE POUR ERWIN

Pour raconter la journée d’obsèques de mon beau-père Erwin je devrais remonter très en amont. Je ne le ferai pas tout-à-fait, mais tout de même… Les parents de Silvia ont habité depuis les années soixante (et jusqu’à la décision de Erwin il y a deux ans de se retirer dans une maison pour personnes âgées près de chez lui) dans le centre de Vienne un appartement dans une belle maison baroque « collée » à la Paulaner Kirche au tout début de la Favoritenstrasse (pour ceux qui connaissent Vienne derrière la Karlskirche à dix minutes de l’Opéra)… Cette maison appartient à une famille qui est toujours restée fidèle à Erwin autant qu’à Silvia. Chaque fois que Silvia vient à Vienne elle habite dans un des appartements de la maison gracieusement mis à sa disposition, ce qui a jusqu’ici facilité ces nombreuses venues pour rendre visite à son père et nous permet à tous de garder un lien avec la passé. Lire la suite

DES ACCORDS PARFAITS

 

Je quitte mes comédiens pour quarante huit heures pour des raisons personnelles et cette pause dans notre travail me donne l’occasion de faire un premier bilan. Nous avons commencé à répéter il y a tout juste deux semaines. Le dessin des trois/quart de la pièce est fait, moments de répétitions brefs et très intenses entrecoupés de moments de débats tout aussi intenses. Les deux comédiens principaux venant de deux mondes professionnels absolument différents il a fallu du temps pour trouver l’accord. Et il n’est toujours pas facile à maintenir en continuité… Samedi, l’un des deux s’est blessé à la tête (sans gravité) aujourd’hui l’autre, en répétant un mouvement que je lui proposais, s’est effondré au sol et s’est cassé un bras. Le plus âgé s’est blessé le chef et son cadet est tombé à ses pieds… L’inconscient joue de ses tours ! Et quelle meilleure entrée en matière que pour aborder une comédie dont le sujet est la trahison. Lire la suite