LA VOLUPTE DU THEÂTRE

Il s’agira pour la compagnie de représenter sans lien apparent, et dans la même soirée un dialogue philosophique sur la puissance de l’imagination, et une quasi-pantomime représentant l’essence de la jalousie et de la duplicité. Dans ces deux pièces brèves qui trouvent leur origine dans des nouvelles de l’auteur écrites à plus de vingt ans de distance, Pirandello joue avec la réalité comme à son habitude, mais dans ces deux cas précis il s’évertue à déjouer la réalité, à atteindre une sorte de parabole universelle à partir de situations banales (la rencontre de hasard de deux hommes à la terrasse d’un café pauvre et une scène de ménage entre un homme soupçonneux et une femme dont on peut douter de la fidélité). Lire la suite