Mes chemins dans un pays qui n’existe plus

Il est 5h40 et je viens de laisser à l’aéroport de Marignane Aleksandar, l’éclairagiste des « Femmes de Bergman » qui repart à Zagreb. J’y attends Rudy Sabounghi qui arrive de Paris à 8h40. Moment béni dans le salon de la maison que nous partageons, à quand remontait mon intérêt pour « les Balkans » pour ne pas dire « l’ex-Yougoslavie » (expression qu’ils n’aiment pas entendre) Lire la suite