Le voleur de bicyclette

« Le voleur de bicyclette » se termine par une scène d’humiliation du père sous les yeux du petit Bruno. On les voit se fondre tous les deux dans la foule, la caméra les filme de dos, la masse humaine les avale et s’éloigne dans le crépuscule. C’est à peine soutenable : la conjonction de l’heure, de la masse et de la situation du petit garçon comprenant tout de la pression sociale qui a acculé son père à vouloir voler une bicyclette, tout concorde à rendre cette fin inoubliable. Lire la suite