Courrier à un ami

Cher Jean-Pierre,
Tu m’as soumis depuis début 2011 deux questions auxquelles j’ai été bien incapables de répondre :
– comment j’interprétais dans « Hamlet » le fameux « to sleep, perchance to dream »…
– si j’avais une idée de textes théâtraux sur le matricide.
Il y a une semaine, alors que je regardais le spectacle « Hamlet » sur le point d’accueillir du public (cette fameuse répétition dont pour la dernière fois tu es l’unique spectateur le seul regard), et en laissant galoper mon esprit, histoire de voir à quoi ça ressemble,

Lire la suite